La résilience, leitmotiv du festival

La résilience, leitmotiv du festival

Toujours la vie invente : le Festival du livre de Mouans-Sartoux, annulé l’an dernier à cause du contexte sanitaire, revient pour une 34 édition et place en son cœur la notion de résilience. 

Alors que l’être humain vit une crise écologique, sanitaire et sociale sans précédent, le message est fort. C’est celui de l’espoir, du futur, de la reconstruction. Introduite dans les années 1950 par les psychologues américaines Emmy Werner et Ruth Smith, la résilience est l’aptitude d’un individu ayant vécu un traumatisme à dépasser sa condition.

Cette résilience, c’est Boris Cyrulnik qui l’incarne en France. Orphelin à l’âge de sept ans, enfant juif caché de la Seconde Guerre mondiale, il s’intéresse à la psychiatrie pour surmonter ses traumatismes. C’est lui, principalement, qui vulgarise la notion de résilience et la fait rentrer dans le langage commun alors qu’elle appartenait au jargon scientifique. 

Présent au festival ce dimanche à 14 heures, Cyrulnik, que le Figaro qualifie de « psy préféré des Français », présentera son dernier livre Des âmes et des saisons. Dans son ouvrage, l’auteur se focalise sur l’évolution des structures familiales, de la préhistoire à nos jours. 

Traumatisme et résilience au Festival

C’est dans ces familles éclatées des années 80 que Camille Kouchner décrit, dans La Familia Grande, l’environnement malsain dans lequel elle a grandi. Son frère jumeau, victime d’inceste de la part de leur beau-père Olivier Duhamel, est resté enfermé dans un mutisme de plusieurs décennies. Camille Kouchner a brisé le silence en publiant son livre en début d’année 2021. Elle développe au fil des lignes ce qu’elle et son frère n’ont jamais pu partager, à cause d’un système où la parole, clef de la résilience, est interdite. 

C’est encore la résilience qui est le fer de lance du deuxième roman de Marin Fouqué, G.A.V. Il interprétera son « excroissance » Gard’av mêlant prose, chant et grondements, le dimanche 3 octobre à 16 h 30, en performance musico-littéraire. Dans le livre, des personnages en garde à vue, éreintés, brisés par la vie, se confient. Le texte relate les rapports de domination dans la société française et les traumatismes vécus par les individus qui la composent.

La violence et la renaissance transpirent aussi du film Les Hirondelles de Kaboul, de Zabou Breitman et Éléa Gobbé-Mévellec. L’adaptation du livre de Yasmina Khadra plonge dans un Afghanistan assombri par la dérive religieuse. Les personnages, ballotés entre résistance, faiblesse et résignation, dévoilent un visage humain comme une fatalité.

« Le plus grand défi de l’humanité »

Au sens écologique du terme, la résilience est aussi la « capacité d’un écosystème, d’un biotope ou d’un groupe d’individus à se rétablir après une perturbation extérieure » (Larousse). C’est l’optique du festival du livre de Mouans-Sartoux : Toujours la vie invente ! L’espoir que malgré l’actuelle destruction de la planète à cause de l’homme, la vie perdurera.

Dans la grande histoire de notre Terre, cinq extinctions de masse ont déjà eu lieu. La plus célèbre, il y a 66 millions d’années, fut celle des dinosaures. Depuis 13 000 ans, l’Holocène conduit à la 6ᵉ extinction de masse. Pour Aurélien Barrau, astrophysicien grenoblois, qui fera samedi après-midi une lecture musicale de son recueil de poèmes Météorites, c’est là « le plus grand défi de l’humanité »

La catastrophe écologique de Fukushima réapparaît aux yeux du monde à l’occasion de ses dix ans avec le film Fukushima, l’île invisible, de Keiko Courdy. La projection, gratuite, aura lieu le samedi 2 octobre à 10 h 30, en salle 3 du Cinéma La Strada. Sur cette île brumeuse, l’homme tente de réparer les dégâts qu’il a causés et de réapprendre à vivre.

De la psychologie à l’écologie, la résilience imprègne le festival au gré des œuvres présentées. Autour de nombreux entretiens, de lectures, de débats et de films, cette édition veut participer à la réflexion sur la reconstruction d’un « monde d’après ».

Thalia DANSAC et Samuel GUT
Photo : DR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.