« La gratuité quand on la décide, c’est pour toujours »

« La gratuité quand on la décide, c’est pour toujours »

Pour la 34e édition, une nouveauté ravit les festivaliers : l’entrée au festival du livre de Mouans-Sartoux a été rendue gratuite pour tous les publics. Une décision qui apparaît comme une évidence en cette période de pandémie pour la direction du festival.

Après la foire du livre de Brive ou encore le festival du livre de Nice, c’est au festival de Mouans-Sartoux de mettre en place la gratuité. La décision a été prise il y a plus d’un an, mais l’édition précédente n’ayant pas eu lieu, cette mesure vient tout juste d’être inaugurée. Auparavant, les places pour l’évènement mouansois étaient proposées à un prix compris entre 2 € et 5 €. Les enfants, étudiants, demandeurs d’emploi et enseignants bénéficiaient déjà de la gratuité. Pour autant, les films et documentaires proposés par le festival au cinéma La Strada ont toujours été payants et le restent. Cette année, il faut débourser 5,5 € pour une place. « Il faut bien rémunérer les distributeurs et les ayants droits » justifie Yann Milien, directeur de La Strada. Seules quelques séances sont gratuites. Cette année, c’est Tonga ou Le roi mélancolique qui sont offerts au public.

À la recherche de nouveaux partenaires

Afin de permettre la gratuité du festival, l’organisation n’a pas reçu plus de subventions. Marie-Louise Gourdon, commissaire du festival, s’active pour remettre à flot la trésorerie : “Nous cherchons de nouveaux partenaires pour compenser le manque des entrées. Ça ne devrait pas être trop compliqué !”. La gratuité du festival entraîne un manque à gagner de 25 000 à 30 000 €. Pour cette année, pas besoin de nouveaux partenariats. “ Les subventions de l’an dernier ont été maintenues donc cela nous permet d’avoir une réserve pour la 34e édition, qui nous coûte plus cher à cause des frais liés au coronavirus ” indique Marie-Louise Gourdon.

Faire sortir les gens de chez eux

Après une année de pandémie, il semblait important de permettre aux personnes de retrouver les lieux de culture. “Nous avons voulu retirer la contrainte de prix pour attirer plus de monde, raconte Marie-Louise Gourdon. Cette mesure va permettre de relancer une dynamique, que les gens reprennent le chemin du festival de Mouans-Sartoux.” Marc Dibiggio, un festivalier, confirme : “ C’est une superbe décision, ça m’a encore plus motivé à venir ”. Les visiteurs pourront bénéficier de cette gratuité les prochaines années. « On ne reviendra pas en arrière sur la gratuité ! Quand on le décide, c’est pour toujours » assure la commissaire du festival.

Clara BESNARD et Dylan VANDEVOORDE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.