Al Gore, épisode 2

Al Gore, épisode 2 par IUT journalisme de Cannes 6 octobre 2017

Véritable pamphlet écologique, Une suite qui dérange : Le temps de l’action a été projeté hier soir au cinéma La Strada. La diffusion était suivie d’un débat avec un spécialiste du climat.

Plus de onze ans après la sortie du documentaire Une vérité qui dérange de David Guggenheim, Al Gore revient avec un autre long-métrage fort intitulé Une suite qui dérange : le temps de l’action. Ce second film, comme le premier volet, a été sélectionné au Festival de Cannes.

Une œuvre engagée

Afin de réveiller les consciences, l’ex-vice-président de Bill Clinton s’est accompagné des réalisateurs Bonni Cohen et Jon Shenk. Prix Nobel de la paix en 2007 et candidat à la présidentielle américaine en 2000, Al Gore s’oppose frontalement à la politique climato-sceptique de Donald Trump. Une vérité qui dérange était une œuvre choc, qui abordait les enjeux du réchauffement climatique et la crise écologique planétaire.
Onze ans plus le tard, le message est toujours aussi fort et ne se contente pas d’être un constat pessimiste.
En plus de dresser le bilan d’un monde dépassé par la surproduction, le film propose de véritables solutions notamment autour du futur des énergies renouvelables et de l’accord de Paris.

Un message positif

Long-métrage, intense et sans concession envers les principaux responsables de la crise planétaire, le film d’Al Gore représente avec force le slogan du festival de cette année : « Aller à l’idéal ».
Rythmé avec des images d’archives et de sublimes séquences de notre chère planète bleue, le documentaire est aussi un rappel : la Terre n’est pas inépuisable.

Roberto Garçon
Xavier Bertrand